Orange se moque des usagers

Je pense qu’Orange considère qu’il n’y a pas péril tant que les usagers font fausse route !
L’objectif d’Orange est de tirer un maximum pour l’activité de maintien du réseau: plus le réseau se dégrade et plus il sera rémunéré !

J’ai eu la preuve de cela avec une interruption de ma ligne fixe pendant presque 3 mois suite à un mauvais raccordement sur des équipements venant en remplacement d’autres qui étaient HS pour cause d’incendie. A quel moment le dérangement a-t-il été confié à un technicien ? Mieux, à un moment on a proposé l’intervention d’un technicien à mon domicile et pour 69€ s’il s’avérait que le défaut était en partie privative ! Quand j’ai déclaré que je constaterais la remise en service de la ligne à l’entrée de la façade, le RDV a été annulé et la tonalité est revenue !

Quand à la résilience du réseau: elle est tout simplement exceptionnelle: on a vu des lignes au sol qui ont continué de fonctionner très longtemps, après que des charpentières de chênes centenaires aient abattu les poteaux. D’ailleurs après les intempéries de 2019, beaucoup de lignes ont été mises HS par l’intervention des acteurs du déblaiement des routes.
Les travailleurs détachés permettent aux conseillers enfumeurs de fonctionner: verrait-on un technicien digne de ce nom accepter d’être piloté par ces conseillers enfumeurs.

Beaucoup de signes démontrent qu’Orange se moque des usagers : par exemple ”Nous vous avertirons de la remise en service de votre ligne en vous adressant un SMS !!!  Et l’Arcep n’y a rien trouvé à redire.
Combien reçoit-on de SMS disant que la ligne est rétablie avant que ceci soit avéré.
Orange a un gros potentiel (technique: il ne souhaite pas en user ! il préfère user au maximum de son potentiel d’enfumage pour améliorer sa rémunération et plus grave avec une contribution au déclin du pays.

Combien a coûté le relèvement de mon dérangement: Une heure pour le technicien sur site et des journées agents pour les conseillers enfumeurs et webconseillers !!!!

André Chabert

2 réflexions sur « Orange se moque des usagers »

  1. Nous nous battons tous contre des moulins à vent, et moi en particulier depuis plus de 10 ans. M. Stéphane RICHARD, Pdg d’Orange est un ancien écolier de l’ENA – vous savez, ce “machin” qui n’en finit pas de ne pas disparaitre – et son actionnaire principal, c’est l’Etat (c’est-à-dire nous) et donc M. MACRON, actuel propriétaire de la France et ex associé-gérant de la banque ROTHSCHILD, lui aussi issu de cette fameuse école qui va bientôt changer de nom. Voilà qui doit créer des liens
    Bref, c’est la tendance actuelle : il y a ceux qui paient et qui n’ont plus aucun service, et ceux qui encaissent et se foutent éperdument de ce qu’ils ont le culot d’affubler du vocable de clients ou électeurs.
    Et ceci n’est pas près de changer malgré tous les autocollants qu’on va voir fleurir un peu partout pour masquer la continuité dans l’école des soi-disant élites.
    Georges POMPIDOU, lui aussi transfuge de ROTHSCHILD dont il était directeur général, mais pas énarque, avait déjà choisi pour programme “ouverture et continuité”. Normal, il y a toujours eu des banquiers qui savaient placer leurs pions
    Au fait, vous avez suivi la grand-messe de mardi dernier ? Pauvres travailleurs sans masques venus défendre l’indéfendable. Mais c’était ça ou la porte, alors…… Heureusement il y a eu aussi de courageux élus venus parler pour ne rien dire et préparer les élections sans bourse délier. J’ai eu confiance en Mme DE LAVERGNE qui n’est pas énarque, mais “simplement” ancienne de Polytechnique de l’école des Ponts et Chaussées (ce qui se fait de mieux), mais je me demande si la politique ne va pas prendre le dessus, c’est-à-dire assurer le maintien du train-train quotidien

  2. Bonjour à tous,

    L’état du réseau est déplorable et ORANGE fait tout pour le dissimuler à coup de propagande et d’un verbiage rodé.
    Madame De Lavergne est notre seul espoir pour le moment, la seule à oser contrer l’immobilisme courtois d’ORANGE et du seul contre-pouvoir l’ARCEP, cette dernière semblant totalement impuissante ou tout du moins muselée par quelqu’un en haute sphère.
    La privatisation démontre un impact délétère sur la qualité de service et la volonté de ne pas investir pour une question de rentabilité dans le cuivre, alors que ce cuivre va encore servir au moins pour 10 ans le temps de sécuriser la transition vers la fibre optique.
    Parlons en de cette transition : c’est une arlésienne….. les retards s’enchaînent, et les retards de la première tranche de déploiement impacte directement actuellement la tranche suivante, par effet de domino….. le projet en Bretagne piloté par MEGALIS a pris énormément de retard, alors que dans le même temps le réseau en cuivre tombe en morceaux avec des pannes graves, obligeant certaines personnes âgées à basculer brutalement sur un smartphone pour espérer conserver un lien avec notamment les services de secours à la personne à domicile.
    Moi çà me révolte car le constat a été fait au niveau national, cad que le réseau cuivre n’est pas entretenu à la hauteur de ce qu’il devrait, que la qualité de service s’effondre, et notamment la fiabilité du réseau cuivre est fortement compromise, et personne ne fait rien véritablement au niveau de l’Etat, sauf Madame De Lavergne dont on voit bien qu’elle marche sur des oeufs.
    Il est inadmissible de laisser ORANGE sans contrôle extérieur. ORANGE est à la fois juge et partie dans cette affaire, et le seul organisme de régulation l’ARCEP semble totalement inutile. Que se passe t il réellement ?
    En attendant, ORANGE perçoit les redevances des autres opérateurs pour entretenir le cuivre, et continue aussi à percevoir les abonnements de tous ces français qui paient désormais un service relativement cher par rapport à la qualité du service distribué : quand on a 2 ou 3 Mbits/s d’Internet sur l’ADSL, alors que 5 ans avant on avait 6 Mbits/s il est légitime de s’interroger et d’être en colère contre l’opérateur historique.

    Mais que se passe-t-il réellement ? Ne faudrait-il pas que les services essentiels tels que les télécommunications, l’eau, l’énergie soient à nouveau dans le giron de l’Etat pour sécuriser les investissements à longs termes ?

    Car disons le honnêtement, les privatisations, quelque soit le secteur, amènent à ce genre de constatations : le profit avant tout, pour servir les actionnaires, au dépend des investissements structuraux, sur le terrain, au dépend d’orientations écologiques également coûteuses. Rentabilité versus sécurisation …… Nous touchons du doigt les limites de la politique libérale, voilà tout.

    Cordialement
    Stéphane PESNEL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.